9 nov. 2010

Les putes cosmiques




Mind games, un texto del poeta Alan Mills reescrito por el poeta francés Laurent Bouisset. Estos dos sujetos conforman la inexistente banda de rock Les putes cosmiques.

i. J’appelle fiction réécriture de ce qui n’a jamais eu lieu.

vi. L’écriture imperceptible épouse la courbe de nos silhouettes au gré des divers champs sociaux, là où nous nous devons d’envoyer tournoyer les énergies créatives comme des colombes enflammées.

vii. Le poème ou la maladie qu’il transmet.

viii. Inventer un lecteur. Filtrer l’alcool maintenant, goutte à goutte, de sa porosité au texte. Laisser venir à nous l’image de son corps décédé illuminant le blanc de la page. Toujours le livre excède sa propre quantité de chair. Il ne se met réellement à respirer qu’à l’instant seul où nos yeux entreprennent de le modifier.

xiii. Toute poésie est expérimentale. La vie est expérimentale.

xvi. Les œuvres d’art faisant prendre à nos vies de grands virages.

xviii. Ou bien plutôt nos vies lentement s’écoulant, toujours avec une plénitude plus grande, dans le flux d’harmonies du paysage.

xxv. Etre à l’écoute de son propre corps comme d’une caisse de résonance.

xix. Tout texte toujours est une ébauche, un brouillon somptueux. Ce qui jamais ne trouva le chemin de l’écriture, voilà le poème.

xx. L’écriture imperceptible.

xxvi. Faire du redéploiement des méthodologies un défi artistique total.

xxix. Prend lentement visage, dans l’écume même du redéploiement, l’écriture sans limite jamais qui n’arrivera jusqu'à son terme.

xxx. Toute frontière toujours est une émanation du noyau cancéreux fasciste. Toute langue nationale se doit d’être contaminée par d’autres. Toute œuvre d’art trouve substance dans le lit débraillé de ses frangines bâtardes et divines. Croît dans nos cœurs une mégalopole en ramification.

xxxi. Aller fixer des portes et des fenêtres dans le vide. Les premières marches d’un escalier au creux du sable des abysses.

xxxii. Une mappemonde tenant lieu de titre de propriété d’une terre qui ne nous a jamais été promise.

xxxiii. Le halo de vapeurs radioactives de notre quête, oui je le sais, un jour, nous conduira vers une mutation joyeuse.

xxxiv. Le poète décrypte les symboles se faisant jour de par le monde, l’ensemble des échos imperceptibles entre ces signes ; il n’est pas obligé d’écrire. L’écriture, en vérité, pas plus, n’est que la performance où ce déchiffrement puise sa documentation.

(El texto de Alan Mills se puede leer aqui : http://alanmills.blogspot.com/2009/06/mind-games.html)

Imagen: Erick González